Le Blog de Serli

Migration vers le Cloud des entreprises, où en est-on ?

Le Cloud Computing offre aux entreprises des avantages et des services prometteurs, mais il est encore aujourd’hui difficile pour les décideurs d’en apprécier leur valeur.

A l’heure où l’on parle de démocratisation du Cloud auprès des entreprises, qu’en est-il vraiment ?

12% des entreprises françaises utilisent des services Cloud

D’après une étude publiée par Eurostat (équivalent de l’Insee pour la Commission Européenne) publiée en novembre 2014, la France ne pointe qu’au 19ème rang des pays européens, avec seulement 12% des entreprises utilisant des services Cloud.
La moyenne européenne est de 19% et les entreprises déclarent utiliser le Cloud principalement pour le stockage de fichiers et les services de courrier électronique.

Ces chiffres peuvent paraître faibles mais ils montrent néanmoins qu’un véritable mouvement vers le Cloud est en marche. Seulement, des freins persistent et les interrogations liés à la sécurité restent les préoccupations principales. Toujours selon l'étude Eurostat, 39% des utilisateurs de Cloud considèrent les risques liés à la sécurité comme la principale limite à l’extension de son usage.

Migration vers le Cloud, des préjugés tenaces

La sécurité, préoccupation numéro 1

C’est la principale source d’inquiétude lorsque les entreprises utilisent un Cloud, et plus particulièrement un Cloud public. Mais tout ne dépend pas du fournisseur, les entreprises doivent continuer de s’assurer que leur parc informatique et mobile bénéficient des dernières mises à jour de sécurité.

Perte de performance et de contrôle

Passer d’un environnement interne sur ses propres machines, à un environnement virtualisé et mutualisé avec plusieurs utilisateurs, constitue une crainte forte pour les départements informatiques. Le fournisseur de services devient l’unique garant de la performance et du contrôle de ses systèmes. Cette délégation de pouvoir peut déstabiliser les DSI, même si les fournisseurs sont justement les mieux équipés en matière de sauvegarde données et sont ceux qui investissent massivement sur la cybersécurité.

Le Cloud perçu comme centre de coûts cachés

Avec le Cloud, les entreprises paient que ce qu'elles consomment. Cependant dans les faits, d’après une étude de Vanson Bourne, « les entreprises payent jusqu’à 2 fois plus que ce qu’elles ne consomment. Trop prudentes, les DSI préfèrent sur-allouer des ressources". Elles éprouvent également des difficultés à définir leurs besoins. D’après Anthony Sollinger, cofondateur de Cloud Screener : « On ne peut pas parler de coûts cachés du Cloud, mais plutôt d’une complexité de l’offre qui rend difficile la projection sur un budget global et l’estimation de la vraie consommation » (source : Le Nouvel Economiste).

Des opportunités à saisir pour les DSI

Agilité et flexibilité

Le Cloud apporte une certaine flexibilité à l’entreprise en s’adaptant rapidement aux besoins de celle-ci. En effet, lors d’une montée ou une baisse de charge ponctuelle, le service peut être diminué ou augmenté instantanément. C’est d’ailleurs l’une des raisons principales qui pousse les DSI à se diriger vers le Cloud.
Le Cloud c’est également des services accessibles 24h/24, 7j/7, depuis n’importe quel terminal.  Un avantage indéniable à l’heure du BYOD, du télétravail et des salariés en situation de mobilité.

Prédictibilité et contrôle des coûts

Le Cloud fonctionne sur un modèle de « paiement à l’utilisation ». Plutôt que de réaliser des investissements longs et onéreux sur l’infrastructure informatique, les services Cloud sont très rapides à déployer et l’entreprise peut prévoir ses frais d’exploitation sur le long terme, en tenant compte de ses besoins réels en capacité et en ressources. 

Fiabilité et efficacité renforcées

Avec le Cloud, les petites et moyennes entreprises ont accès à des technologies utilisées par des multinationales et des fonctionnalités qui améliorent le temps de disponibilité. Les infrastructures mutualisées permettent de répartir les charges et les traitements sur l’ensemble des ressources disponibles au moment des périodes de pointe. Les entreprises sont ainsi assurées d’une qualité de service continue.

Récupération des données, gestion des sinistres

Plus besoin de programmes complexes de récupération de données… les entreprises s’appuient désormais sur les services des fournisseurs de cloud. Ils se chargent de la plupart de ces tâches et les réalisent de manière très rapide, grâce aux moyens techniques et humains dont ils disposent. Une étude menée par Aberdeen Group a montré que les entreprises qui utilisaient le cloud parvenaient à résoudre leur problème en 2,1 heures en moyenne, contre 8 heures pour les entreprises n’y ayant pas recours.


En conclusion, si vous envisagez de migrer tout ou partie de votre informatique dans un environnement de Cloud (public ou privé), définissez en amont votre besoin et ses contours, et tournez-vous vers des spécialistes qui pourront vous accompagner dans votre démarche.


Posté le mercredi 2 octobre 2013